Françoise LunardiEcrivain public spécialisé dans la biographieMembre agréé de l'Académie des écrivains publics de France

Découvrez les articles de mon blog sur la biographie

Copyright©2021 - J'ai 2 mots à vous dire...

La biographie familiale ou comment la petite histoire rencontre la grande…

29/03/2022

La biographie familiale ou comment la petite histoire rencontre la grande…

Faire le lien entre la petite histoire et la grande, telle est la vocation du biographe. Raconter des anecdotes et souvenirs et les replacer dans le contexte historique, c'est ce qui donne tout son sel à la biographie.

Chacun d’entre nous recèle des trésors d’histoires, drôles ou pas, petits morceaux de vie que le biographe croque dans le récit qu’il compose pour son biographé. Parfois, au détour d’une anecdote, je me surprends à raccrocher la petite histoire (notez qu’ici le terme « petite » ne revêt aucune connotation péjorative) à l’Histoire avec un grand H. Et c’est ce qui m’intéresse au plus haut point dans la vie de mes biographés.
Prenons un exemple. Il y a quatre-vingts ans presque jour pour jour, le vingt-huit mars 1942, un de mes biographés - Jean - vit un événement dramatique : alors qu’il sortait du travail, il se retrouve face à face avec une sentinelle allemande, le canon d’un fusil pointé sur le nombril. Derrière lui, la foule des ouvriers, ne sachant pas ce qui se passe à l’avant, pousse à qui mieux mieux. L’espace de quelques minutes, Jean craint pour sa vie.  Pourquoi un tel climat de tension ? 
C’est là qu’entre en action le travail de recherche du biographe, afin de comprendre et d’expliquer le contexte de cet épisode angoissant. La veille, les Alliés ont mené une opération de sabotage de grande envergure et d’une audace incroyable dans la ville de Saint-Nazaire : l’opération Chariot. À l’aide d’un destroyer anglais qu’ils ont fait exploser, ils ont détruit la porte d’accès principale aux chantiers navals de Saint-Nazaire, empêchant ainsi le plus gros cuirassé allemand, le Tirpitz, d’y être amené pour réparation. Toute la ville est soumise à des fouilles pour arrêter les commandos alliés, et les soldats allemands sont en panique.
C’est ainsi que mon biographé, bien que parfaitement étranger à cette opération, se trouve en fort mauvaise posture. Heureusement, le calme revient subitement dans la foule des ouvriers et le soldat s’écarte. 
Cet exemple illustre combien il est important pour le biographe, de contextualiser les événements racontés par son biographé et ainsi de restituer le climat qui règne au moment où se déroulent ces événements.
Au fil des biographies que je rédige, je prends conscience du plaisir qui est le mien, de fouiller dans les archives, afin d’enrichir mon récit de ces faits historiques. Et c’est ce qu’apprécient aussi mes biographés.

 


Et vous, avez-vous déjà vécu des moments historiques ? Etes-vous tentés par cette belle aventure qui consiste à me les raconter ?