Françoise LunardiEcrivain public spécialisé dans la biographieMembre agréé de l'Académie des écrivains publics de France

Découvrez les articles de mon blog sur la biographie

Copyright©2021 - J'ai 2 mots à vous dire...

Parlons biographie | Episode 4 - Le besoin de témoigner

29/09/2022

Parlons biographie | Episode 4 - Le besoin de témoigner

Écrire sa biographie, à quoi ça sert ? Après vous avoir donné ma recette de la biographie, je vous invite à découvrir avec moi au fil des épisodes de ce blog, les différentes familles de besoins qui conduisent à écrire sa biographie. Besoin numéro 3 : Témoigner !

Dans les précédents épisodes de ce blog consacré à la biographie, nous avons déjà identifié deux besoins conduisant à l’écriture d’une biographie : laisser une trace de son passage et transmettre son histoire personnelle.


Venons-en maintenant au troisième besoin auquel répond la biographie : celui de témoigner. Témoigner d’une époque révolue, de moments historiques que l’on a vécu de près, d’événements dont nous avons été le spectateur ou même l’acteur. Écrire sa biographie, c’est aussi effectuer un travail de mémoire et partager cette mémoire de temps révolus avec ses proches. Par exemple, à l’heure où les derniers témoins de la Seconde Guerre mondiale avancent en âge, c’est tout un pan de notre histoire qui disparaît avec eux si ce travail de mémoire n’est pas fait. Car la biographie a ceci de particulier, qu’elle permet de faire le lien entre la petite histoire et la grande : l’Histoire avec un grand H. 


J’ai ainsi raconté dans une biographie l’histoire de Jean, jeune ouvrier pendant la Seconde Guerre mondiale. Le 9 novembre 1942, il était à son poste aux chantiers navals de Saint-Nazaire. Il y avait, depuis quelques mois, régulièrement des alertes signalant des attaques aériennes, les habitants s’y étaient habitués et n’y prêtaient plus guère attention. Ce jour-là en début d’après-midi, la sirène annonçant un bombardement retentit à nouveau. Jean ne saura jamais pourquoi, cette fois-là, il s’est précipité vers l’abri, slalomant entre les plaques de tôles, traversant en courant des ateliers… Il a juste le temps de se mettre à l’abri avant que la pluie de bombes commence. Assourdi par les explosions, complètement groggy, il reste longtemps couché dans l’abri avant de se risquer à l’extérieur. Et là, il découvre le désastre : l’école d’apprentissage a été complètement dévastée par les bombes. Jean s’approche et découvre au milieu des équipes de secours tentant de dégager des blessés, quatre jeunes garçons de son village, étendus sur des civières, morts. Centre trente-quatre apprentis sont décédés ce jour-là ainsi que dix professeurs.
Il rentre ce soir-là chez lui, un poids énorme sur les épaules et des images terribles gravées dans la mémoire. Deux jours plus tard, il avait vingt ans. Une stèle commémorant ce tragique événement se dresse aujourd’hui à côté du monument aux morts de son village. Témoin d’un événement qui restera dans les livres d’histoire, Jean le raconte à sa façon, avec ses mots et en partageant les émotions qui l’ont assailli ce jour-là. Ce qui fait la richesse de son témoignage, c’est qu’il l’a vécu personnellement. 


C’est bien là ce qui est passionnant dans la biographie : pouvoir replacer dans leur contexte les événements vécus par le narrateur. Ainsi, le biographe rapproche la petite histoire de la grande, le narrateur peut dire : « J’y étais, j’en ai été le témoin. » En racontant l’histoire telle qu’il l’a vécue, le narrateur bénéficie d’une certaine forme de reconnaissance : reconnaissance de ses souffrances, de sa chance parfois, et surtout d’avoir participé à l’histoire tout simplement. Pour les proches qui reçoivent ce témoignage, c’est une prise de conscience : leur aïeul a traversé l’histoire, il en a été l’acteur ! C’est aussi bien souvent une fierté que de devenir dépositaire de cette histoire.


Au-delà de cela, témoigner dans une biographie permet aussi de faire revivre des traditions : le patronage, les fêtes de village, les veillées, de parler des métiers oubliés : le rémouleur, le sabotier... N’est-il pas important de raconter aux jeunes générations comment l’on vivait quand ni la télévision ni les téléphones portables n’existaient ? 


Et vous, avez-vous déjà vécu de près des événements historiques ? Que diriez-vous de les raconter dans une biographie ?