Françoise LunardiBiographe, animatrice d'ateliers d'écritureMembre agréé de l'Académie des écrivains publics de France

Découvrez les articles de mon blog

Copyright©2021 - J'ai 2 mots à vous dire...

L’agrément de l’Académie des écrivains publics de France, un gage de sérieux pour un biographe. 

25/05/2022

L’agrément de l’Académie des écrivains publics de France, un gage de sérieux pour un biographe. 

Passer les tests pour devenir membre de l'Académie des écrivains publics de France, c'est se replonger quelques années en arrière : orthographe, correction de texte, exposé argumenté, synthèse, rédaction et test professionnel, rien n'est épargné au candidat. C'est ce qui fait de cet agrément, un précieux sésame pour l'écrivaine publique - biographe que je suis.

Il y a cinq mois maintenant, j’ai fait le choix de me lancer dans une nouvelle activité, la biographie familiale et l’animation d’ateliers d’écriture. Pour opérer ce virage à 180 °, j’ai souhaité mettre toutes les chances de mon côté. Certes, j’ai toujours eu le goût de l’écriture, mais cela ne me semblait pas suffisant. C’est pourquoi j’ai d’abord suivi une formation qualifiante et passé la certification Voltaire niveau expert. Mais j’ai rapidement eu envie d’aller plus loin et d’intégrer un cercle de professionnels reconnus pour la qualité de leurs travaux et le sérieux de leur travail.
J'ai alors fait le choix de suivre la journée d’information de l’Académie des écrivains publics de France. Les messages que j’y ai entendus, les valeurs portées par les membres de l’association ainsi que leur code de déontologie ont achevé de me convaincre : il me fallait essayer d’entrer dans ce cercle restreint. 
C’est à un véritable examen de passage - je n’irai pas jusqu’à parler de rituel, mais presque – que sont soumis les candidats à l’agrément de l’AEPF. Tout commence par l’envoi d’un CV et d’une lettre de motivation manuscrite, auxquels sont jointes les copies des diplômes obtenus. S’en suit une convocation pour une longue journée de tests, chez un des membres du Conseil d’Administration. 
Si je m’étais préparée sur la partie orthographe, je n’avais aucune idée de la difficulté de l’épreuve de relecture-correction. Que de pièges avaient été sciemment - voire sournoisement - glissés dans les quatre pages d’un grand maître de la littérature que je devais corriger ! Fautes d’orthographe, de syntaxe et erreurs de ponctuation se renvoyaient la balle, on attendait même de moi que je propose des améliorations au vocabulaire employé. Devant l’épreuve de résumé, j’ai été ramenée plus de trente ans en arrière, sur les bancs du lycée. Que dire des tests professionnels ? Se mettre dans la peau d’un écrivain public pour rédiger des lettres ou démarcher un client m’a paru plus facile. L’exposé argumenté a clos la journée, une des plus belles et chaudes journées ensoleillées du mois de mai. Il était temps pour moi ! 
Très vite, j’ai reçu le résultat : j’avais réussi les épreuves et je devenais ainsi membre de plein droit de l’Académie ! Si j’ai ressenti de la fierté ? Oui je l’avoue, mais au-delà de cette bouffée d’autosatisfaction, je me suis surtout sentie encore plus légitime dans mon costume d’écrivain public - biographe. 
Impression confirmée quelques jours plus tard, en participant au colloque de l’AEPF à Paris. Le thème était : « L’écrivain public dans les arts, de la fiction à la réalité. » Entourée de mes nouveaux « collègues », j’ai pris plaisir à échanger et à découvrir les interventions de qualité des membres de l’Académie : représentation de l’écrivain public dans la peinture, la littérature et au cinéma… 
Cette accréditation est un précieux sésame pour moi. Elle m’ouvre la possibilité de continuer à accroître mes compétences grâce aux formations dispensées par l’AEPF. Elle me permet de toucher de nouveaux clients en étant référencée parmi les biographes de l’Académie. Enfin, cerise sur le gâteau, le logo de l’AEPF va désormais figurer en bonne place sur l’ensemble de ma communication écrite. 
De nombreuses professions ont leur label de qualité, je crois avoir trouvé le mien en devenant membre de l’Académie des écrivains publics de France !