Françoise LunardiBiographe, animatrice d'ateliers d'écritureMembre agréé de l'Académie des écrivains publics de France

Découvrez les articles de mon blog

Copyright©2021 - J'ai 2 mots à vous dire...

Parlons biographie, épisode 3 - Le besoin de transmission de son histoire familiale

29/08/2022

Parlons biographie, épisode 3 - Le besoin de transmission de son histoire familiale

Écrire sa biographie, à quoi ça sert ? Après vous avoir donné ma recette de la biographie, je vous invite à découvrir avec moi au fil des épisodes de ce blog, les différentes familles de besoins qui conduisent à écrire sa biographie. Besoin numéro 2 : transmettre son histoire !

Dans le second épisode de ce blog consacré à la biographie, nous avons appris que pour certains d’entre nous, la biographie répondait à un besoin de laisser une trace de son passage
Partons maintenant à la découverte de la seconde raison qui nous conduit à raconter notre histoire, j’ai nommé : le besoin de transmettre son histoire. Notre passage sur terre nous inscrit dans une lignée et, à ce titre, nous pouvons ressentir le besoin de passer le témoin à nos descendants. N’est-il pas important pour tout être humain de connaître ses racines, de se situer à la fois dans le temps et dans l’espace ? C’est ce que permet la biographie familiale en nous invitant à nous raconter. Et il y a fort à parier que notre histoire va débuter par celle de nos parents voire de nos grands-parents !
Ce n’est pas l’engouement actuel pour la généalogie qui me démentira. Il paraît que dix millions de Français la pratiquent déjà et que 70 % s’y intéressent. Dans ma famille, plusieurs personnes ont attrapé le virus. Grâce à leurs recherches, nous avons pu remonter le temps sur neuf générations, ce qui nous amène… au XVIe siècle. Nous avons ainsi découvert que nous descendions — entre autres — d’un certain René Guibert, né le 30 juillet 1597 en Loire-Atlantique.
La biographie, à l’instar de la généalogie, permet de faire le lien entre les générations : c’est le récit d’une mémoire familiale qui donne aux plus jeunes les clés pour mieux comprendre le présent, grâce au regard qu’ils peuvent avoir sur le passé. 
J’ai ainsi rédigé la biographie d’Ernest qui a aujourd’hui quatre-vingt-seize ans. Né de l’autre côté de l’Atlantique, il a vécu une vie riche de péripéties et de dépaysement, d’exil aussi. Et c’est cette vie qu’il a souhaité raconter à ses quatre petits-enfants et à ses sept arrière-petits-enfants. La biographie d’Ernest tisse un lien entre ces quatre générations, et même au-delà, puisqu’il y parle aussi de ses origines, notamment de ses ancêtres : Chinois, Indiens caraïbes ou venus d’Afrique. 
Ses enfants s’approprient le livre et s’en font aujourd’hui les porte-parole auprès des plus petits. C’est ainsi que la fille d’Ernest a entrepris de lire les aventures de Grand Papi au plus jeune de ses petits-enfants. Lequel est très étonné de découvrir comment vivait son arrière-grand-père, quels étaient ses jeux d’enfants, où se situait sa maison. Mais ce qu’il a préféré dans l’histoire, ce sont les bêtises qu’Ernest faisait à son âge ! Comment peut-il s’imaginer que son Grand Papi a tant voyagé, alors qu’il le voit désormais assis dans son fauteuil ?
La dernière ligne de la biographie d’Ernest est d’ailleurs très révélatrice de ce besoin de transmission : « Et maintenant il vous appartient, mes chers enfants, d’écrire la suite de l’histoire… » Avec ces quelques mots, Ernest passe le relais aux générations futures.
Nous l’avons compris, l’une des vertus de la biographie familiale est de permettre à sa descendance de connaître ses racines. Connaître pour comprendre et pour s’inscrire, soi aussi, dans cette histoire familiale. Pourquoi mes parents ou grands-parents ont-ils fait tel ou tel choix, pourquoi ont-ils pris cette décision, pourquoi ont-ils suivi ce chemin et pas un autre ? Par la connaissance du passé, la compréhension de notre histoire commune, donc de notre héritage familial, nous pouvons nous inscrire dans cette histoire partagée, et en faire partie, tout simplement. 
Finalement, écrire sa biographie, c’est laisser un trésor permettant de préserver les liens intergénérationnels.